Le monde des automates

Ils ont été introduits en Espagne par la culture arabe. Le boom des automates s’est concentré entre le XVIIe et le XIXe siècle, lorsque les ateliers se sont livrés à une concurrence acharnée pour réaliser les meilleurs automates. Ils façonnent des personnages de la culture populaire (musiciens, clowns, artisans, etc., ainsi que des animaux).

Certains fonctionnent avec des mécanismes d’horloge assez compliqués qui génèrent des mouvements très délicats et précis, de sorte qu’ils aient l’air plus humains. Actuellement, la plupart sont fabriqués avec des mécanismes à corde, des batteries ou de l’électricité.

Pierre Jaque -Droz (28 juillet 1721 – 28 novembre 1790) était un horloger suisse du XVIIIe siècle, qui fabriquait des montres et des oiseaux mécaniques, et qui devint célèbre pour la fabrication d’automates considérés aujourd’hui comme les ancêtres des robots et des ordinateurs actuels. Ses trois plus grandes réalisations sont : le pianiste, le dessinateur et l’écrivain. Elles ont été développées entre 1767 et 1774 et suscitent encore aujourd’hui l’étonnement.

Le pianiste

Cet automate est composé de plus de deux mille pièces, effectue plusieurs mouvements simultanés qui font bouger les doigts, tandis que la respiration fait bouger le torse, les yeux et la tête suivent le mouvement des mains, ce qui l’incline pour en finir avec la réverbération,

Les sons ne proviennent pas d’une boîte à musique, mais des notes lorsque les doigts appuient sur les touches du clavier. Il s’agit donc d’un morceau de musique joué réellement comme si c’était un pianiste qui le faisait.

Le dessinateur

Il est également composé de plus de deux mille pièces et est capable de réaliser trois dessins différents.

Cet automate a l’aspect d’un enfant assis sur un bureau. Cela fonctionne au moyen d’un système de cames qui codent les mouvements de la main en deux dimensions et une de plus pour soulever le crayon, et souffle également pour éliminer la poussière du papier.

L’écrivain

C’est celui qui est le plus perfectionné des trois automates. Il est composé de plus de six mille pièces et est capable d’écrire un texte entier composé de 40 mots au maximum, car il est programmable.

Il a fallu plus de 6 ans pour le fabriquer et il offre le choix des mots à écrire.

L’écrivain correspond comme l’automate dessinateur à un enfant assis devant un bureau. Il écrit à l’aide d’un stylo en plume d’oie et le plonge de temps en temps dans l’encre. Il agite la main pour enlever l’excès d’encre et éviter ainsi la formation de taches sur le papier.

Créer une galerie d’art : les clés pour se lancer et réussir !
L’artisanat d’art : plus qu’un métier, une passion !